Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Incroyables Comestibles du 63

Oui, tous les citoyens du monde qui s’engagent dans le processus des « Incroyables Comestibles » ont compris que l’abondance est le fruit du partage. C’est un cadeau de la vie. C’est le cadeau de la Terre! Envoyez-nous si vous le souhaitez vos articles, vos envies, vos photos Incroyables Comestibles pour que nous les publions. Ou créez votre propre blog!

Lettre type pour nos élus

En ces temps de crise et de climat social tendu, les Incroyables comestibles ont été proposés dans le cadre du budget participatif [Votre agglomération].

Prenant en compte :

La difficulté des populations à vivre dignement et la prise en place de plus en plus importante du budget alimentaire dans leur quotidien ainsi que les frais annexes (transport, essence, entretien du véhicule, etc).

Une détresse alimentaire et souffrance perceptible qui se mesure par le développement des épiceries sociales et associations caritatives alimentaires de plus en plus nombreuses, c'est un problème globale qui touche toutes les couches de population.

Qu'une véritable interrogation des conséquences sur la santé de nos pratiques de production et consommation alimentaire se pose.

Que le climat se dégrade, Que la stabilité des productions alimentaires n'est plus assurée et que cela impacte directement leur coût en plus de la spéculation abusive sur les denrées alimentaires.

Qu'il faudra accroître ces dernières de plus de 70 % d’ici 2050, les tout dans un contexte de raréfaction des terres arables et alors qu’on ignore quels seront les impacts des changements climatiques,il semble important de minimiser l'impact de l'homme sur notre environnement, repenser notre lien à la terre et favoriser les circuits courts de distribution.

Que l' Union Européenne prévoit de supprimer son aide alimentaire.

Que les liens sociaux et les différents rapports entre les institutions et les individus se sont fortement dégradés, que la morosité du climat entraîne pour la population un sentiment d'abandon des pouvoirs publics et un désinvestissement de plus en plus fort de la vie politique et associative.

Il est temps de commencer tout de suite à cultiver nos toits, balcons, et autres espaces urbains des territoires de [Votre région] pour une autosuffisance alimentaire de proximité par la coopération complémentaire et solidaire terrienne avec les incroyables comestibles.

TODMORDEN en Angleterre, les Urbainculteurs au Québec, , the incredible Edible Park dans la ville d' Irvine aux Etats unis, parc public reconverti en espace potager nourrissant 200 000 personnes à l'année sont autant d'exemples concrets qui fonctionnent et qui ont mis au centre la question de l autosuffisance alimentaire des peuples).

Les incredibles edible sont une démarche complexe (et non compliquée) d'interactions de multiples domaines, le chemin peut être individuel ou collectif.

Bien entendu si les collectivités s'engagent, et nous l'espérons, la progression n'en sera que plus efficace ; les liens sociaux entre les différents acteurs et composantes de notre société, qui se sont dégradés au fil des années, ne pourront que bénéficier de cette initiative .

Coopération et Repérage

Contacter les différents services (services des espaces verts, etc) et associations de quartiers ainsi que diffuser auprès des particuliers pour établir une réunion et bénéficier rapidement de la mise en commun des connaissances du quartier afin de trouver les lieux et richesses les plus adéquats, proches des populations, qui ne gêneraient pas et ne mettraient pas en périls les équipements publics (eau, gaz, électricité, bassin de déversement d'orage...) ou ceux déjà existants (Jardins des plantes, promenades etc...) pouvant être aménagés dans une logique de développement durable et du respect du cycle de vie de la terre (permaculture, combinaison de plantes et fleurs favorisant et protégeant la production alimentaire).

En parallèle d'une participation d'individus et d'acteurs sociaux, nous espérons la coopération des services de la mairie et le partage de leurs connaissances des différentes associations de quartier pour favoriser l'invitation de la société civile.

Voir la possibilité d'investissement de la région dans le processus de transformation du paysage urbain en termes de moyens et de communication.

Diffusion et communication :

Une sensibilisation des populations en amont semble judicieuse par la délimitation sommaire de ces espaces avant les travaux avec la mention "ici bientôt nourriture à partager" et l'explication de la démarche ; ainsi que par les différents acteurs sociaux qui participent à la vie du quartier (associations, auberges de jeunesse, écoles, jardins familiaux, Esat, association caritative, resto du cœur, épicerie sociale, secours catholique, etc ... ) couplés avec une opération de communication de quartier concernant la démarche individuelle et/ou collective pour l'investissement des individus.

Des ateliers pédagogiques, en coopération avec les écoles, les centres sociaux, les associations en science de la terre, de type semis à l'école, plantations, construction de maisons à insectes semblent possibles pour sensibiliser voire initier enfants et parents.

Des mises en place de projets pédagogiques et coopérations avec les secteurs agricoles de l'éducation et l'enseignement nous semble possible dans le cadre de cours pratiques pouvant intervenir dans le processus de modification du paysage urbain.

Une signalétique pédagogique simple dans chaque espace de culture pour donner les bons réflexes quand aux périodes de semis, repiquage de jeunes plants, association bénéfique ou néfaste de plantes calendrier lunaire, et pourquoi pas récupérateurs de déchets végétaux pour enrichir le sol.

Démarchage des jardins et réflexion sur la possibilité de coordonner les ramassages de surplus de production des jardins et des arbres fruitiers en coopération avec les populations et services espaces verts ou autres.

Une communication dans les médias locaux.

Mise en place.

Dans le cadre du budget participatif nous souhaiterions la mise en place de buttes de permacultures ouvertes par le services des espaces verts à proximité des habitations et à tout endroit ou cela ne nuirait pas à la sécurité et aux équipements collectifs (canalisations,électricité, etc) entourées si possible d'une haie de petits arbres fruitiers (groseillier, cassis, melon d'eau), des espaces de fleurs sauvages à proximité serait un plus pour la pollinisation des végétaux et la sauvegarde des abeilles ; ainsi qu'un point d'eau vive entre les espaces, agrémenté de plantes phyto-épuratrices pour favoriser la biodiversité.

Ces buttes sont très économes en eau, faciles d'entretien : un simple apport deux fois dans l'année ( mars-avril et octobre-novembre) de bois rameaux fragmentés et du résultat de la tonte des espaces public, pouvant être constitué par la collaboration du travail d'élagage des espaces verts, la récolte des déchets verts et le ramassage de l'élagage des particuliers.(après transformation et remplacement des massif ornementaux déjà existant l'entretien des espaces alimentaire ne demanderais pas plus de moyens que ceux utilisés auparavant pour les espaces verts juste un changement d'habitudes)

Si possible la mise en place des cuves de récupération d'eau et une pompe pour assurer l'arrosage à moindre coût, et voir comment les bassins de récupération d'orage pourraient intégrer le dispositif d’arrosage, d'alimentation et régulation des points d'eau.

Réhabilitation, réflexion sur des centres de coordination et de partage au cœur du quartier, transformation (bois rameau fragmenté ou conserve), animation, pédagogie, stockage.

Recherche des richesses naturelles déjà présentes sur le quartier pour minimiser les coûts(exemple présence de bambou pour une utilisation en phyto-épuration).

Réflexion sur l'aménagement des espaces pour disposer des matières nécessaires à proximité ( principe premier de la permaculture, économie de temps, cout mécaniques ,déplacement, coût carbone ).

Pour éviter un phénomène de lutte et d'opposition des différents services, de la collectivité,et des volontés individuelles ; et comme nous pensons qu'il ne sera pas possible de tout faire d'un coup, il semple opportun dans la recherche et sélection des endroits appropriés de faire une différenciation des projets qui seront accomplis avec les services collectifs et les espaces pouvant être mis à disposition et autorisés à la plantation par les habitants du quartier ou les associations.

A noter que ce projet doit tenir compte d'un agenda de saison pour la création, la mise en valeur, l'entretien, la culture, etc.

Partenaires sollicités, coopérations envisagées :

L'implication de l'Esat semble envisageable (une réflexion peut s'engager aussi sur la construction du nouveau foyer d'hébergement et les espaces verts de celui-ci : remplacer les arbres ornementaux par un espace permaculture et des haies de petits arbustes fruitiers.)

Proposition de coopération spontanée des jardins familiaux pouvant mettre à disposition du terrain pour semis et bouturage pour les particuliers désirant s'investir dans cette démarche ainsi que pour une coopération avec les espaces verts, et échange de savoirs et savoir-faire.

Projections et bénéfices:

Le but étant de créer, au-delà de la réflexion de la gestion de l'espace public au bénéfice du plus grand nombre et de la volonté politique de faire disparaître la misère, une reconnexion interagissante et interdépendante de tous les acteurs qui forment la société.

Un enrichissement du savoir et savoir-faire par l'échange et la rencontre des compétences des services des espaces verts avec le savoir d'usage et l'expérience des populations,entretenu par une relation de complémentarité solidaire de projet collectifs ou individuels pouvant bénéficier à l'amélioration ou l'entretien des conditions de vie.

Une connexion des services de la mairie, dont les employés sont le lien avec les citoyens et associations bénévoles, basée sur des rapports de confiance dans des conceptions et mise en place de projets visant l'entretien, la mise en place, l'enrichissement et l'amélioration des espaces alimentaires de proximité.

Une alimentation saine, de proximité et de saison, pouvant servir aux citoyens et collectivités, directement cueillie sur place (cantine, centre aéré, université, familles)

Possibilité d'atelier de conditionnement alimentaire de proximité.

Organisation de la fête de l'abondance de quartier en septembre

Avec les INCROYABLES comestibles, en transformant l'espace public en jardin potager GEANT et gratuit, la nourriture à partager devient une ressource ABONDANTE alimentée par TOUS et accessible à CHACUN.

C'est la base de la Nouvelle Société Vertueuse Éthique et Solidaire des collectivités Incredible Edible, de plus en plus nombreuses dans le Monde.

Par le DON et le PARTAGE, les acteurs changent d'attitude et de comportement. Ils quittent la peur du manque et font progressivement l'expérience joyeuse des coopérations plurielles et du SOUTIEN mutuel.

Avec la nourriture à PARTAGER des INCROYABLES comestibles, si chacun fait un geste, on change la VILLE. Et si on s'y met TOUS, on change le MONDE !

C'est simple parce que la Terre est généreuse : on PLANTE partout où c'est possible, on arrose, et on partage.

Et PLUS on sème, PLUS on plante, PLUS on récolte. L'abondance est le FRUIT du partage.

http://www.incredible-edible.info/

Ce document est le fruit du travail d'une équipe de Poitiers sud.

Partager cette page
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :